LIVRES OUVERTS

Ouvrir un livre c'est s'ouvrir à un monde construit de toutes les identités universelles.

07 juillet 2010

PRENEZ SOIN DU CHIEN - J. M. ERRE

PRENEZ_SOIN_DU_CHIENL'addiction est définie comme une dépendance qui repose sur une envie répétée et irrépressible...

Après avoir dégusté le MADE IN CHINA de cet auteur à la plume jubilatoire, il n'y a que quelques jours, c'est quasi compulsivement que je me suis précipitée à la librairie, pour acheter, que dis-je, m'emparer, du premier ouvrage qu'il a écrit. Et j'ai dévoré...

Comment un écrivain peut-il donc posséder une imagination si féconde, une écriture si joviale, un ton si radieux ? J'en frémis de jalousie ! Je voudrais avoir quelques décennies de moins pour partager avec les élèves qu'il accompagne à Sète des heures de cours que j'imagine foisonnantes et efflorescentes.

Amateurs et amateuses de "polars", ne pas s'abstenir ; amateurs et amateuses de romans exaltants, ne pas s'abstenir ; amateurs et amateuses de fantaisie impétueuse, ne pas s'abstenir... j'ai cherché, en vain, sur le net, une petite critique pas trop positive, une minuscule réserve... en vain !

Venons aux faits.

Rue de la Doulce-Belette, vit un microcosme social d'un genre particulier. Max Corneloup, un auteur de roman-feuilletons radiophoniques emménage dans un immeuble, en même temps que s'installe, dans le bâtiment en vis à vis, Eugène Fluche, peintre sur coquilles d'œuf. Ces deux hommes n'ont rien en commun, exceptée la rue qu'ils se partagent. Sans se le dire, ils éprouvent pourtant l'un pour l'autre une solide aversion, fondée sur la sensation complètement paranoïaque d'être espionné par celui d'en face. Chaque faits et gestes est minutieusement analysé, scruté, sondé pour alimenter ce sentiment de persécution qui les envahit monstrueusement.

Pour entretenir cette psychose, une faune un peu spéciale gravite autour d'eux : notamment, les deux concierges respectives de leurs habitations, Madame Ladoux qui vaque du côté de chez Corneloup, et qui met toute son énergie à faire du "5, de la rue Doulce Belette une maison de standing" en se glorifiant d'y héberger ceux du show-biz : Monsieur Zamora, piètre réalisateur de films en est un digne représentant ! De l'autre côté, au 6, sa concurrente, Madame Polenta, "radieuse trentenaire" à la plastique exceptionnelle. Il y a aussi Lazare Montagnac, myope comme une taupe et auteur minable de "romans érotiques destinés aux femmes à qui il révèle leurs fantasmes cachés", Madame Brichon, acariâtre et procédurière veuve, qui ne cesse d'envoyer des courriers rageurs à Monsieur Naudet, représentant de l'invisible et énigmatique propriétaire de l'immeuble. La liste des occupants et de leurs particularismes serait trop longue à établir... bref, tout ce beau monde s'épie, s'accuse, se moucharde.

Et J. M. ERRE sait les faire extravaguer à merveille ! Cette petite communauté hétéroclite se répand en conjectures toutes plus loufoques les unes que les autres, lorsqu'un crime est commis...

Comme explique l'auteur : "Dans un roman, le véritable suspense ne réside pas dans la question : "qui est le meurtrier ?", mais dans celle-ci : "L'auteur est-il bon ?" Et il est bigrement bon ce romancier !

Tout est dans la subtilité des rebondissements, dans la cascade des péripéties, dans le style soutenu et sémillant, dans les psychologies truculentes de ses personnages, dans l'épilogue insoupçonnable.

Excellent, pour tout dire !

Comprenez-vous maintenant mon addiction ? Je ne peux que vous souhaiter de contracter la même maladie ! C'est tellement bon de se délecter ! Et, comme dirait Armande, de se gausser !

5_etoiles

Retour à l'accueil

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par tinusia à 08:19 - Qu'en pensez-vous ? [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    hop dans la pal

    Posté par Anne Sophie, 07 juillet 2010 à 12:57
  • Deja dans ma LAL, tu me mets l'eau a la bouche !

    Posté par L'Ogresse, 07 juillet 2010 à 13:26
  • Harper Lee?

    Peu de chose à voir, mais je vois que tu es en train de lire Harper Lee - je me réjouis de savoir ce que tu en auras pensé. Pour ma part, ce fut un moment de lecture un poil mitigé.

    Posté par DF, 10 juillet 2010 à 21:23

Poster un commentaire