LIVRES OUVERTS

Ouvrir un livre c'est s'ouvrir à un monde construit de toutes les identités universelles.

20 juin 2010

DEUX GRAINES DE CACAO - ÉVELYNE BRISOU-PELLEN

DEUX_GRAINES_DE_CACAOÀ Nantes, un peu sans but, je suis allée faire un tour à la FNAC. Nantes est occupée, en ce moment, à ériger un mémorial de l'abolition de l'esclavage.

Il est vrai que cette ville s'est malheureusement distinguée par son rôle plus qu'actif dans la traite des Noirs et qu'elle a, historiquement, beaucoup à réparer. Je vous conseille, d'ailleurs, si vous passez par cette ville, de visiter les salles du château des Ducs de Bretagne qui retracent cette sombre partie de l'Histoire. L'émotion est dans toutes les pièces ! L'émotion et une sourde révolte contre l'Homme qui, il ne faut jamais l'oublier, est le pire prédateur de l'Homme !

La couverture de ce roman pour adolescents a immédiatement accroché mon regard... Cet enfant blanc jouant du violon, au centre d'un cercle de Noirs, chaînes au cou... Des cordages qui, avant même d'ouvrir l'ouvrage, nous entraînent sur un bateau. Que font-ils ? Qui est cet enfant ?

C'est justement ce que recherche ce petit garçon, 12 ans en 1819, qui vient de brutalement apprendre qu'il a été adopté par de riches chocolatiers français. Révolté par cette nouvelle, Julien décide de fuir et de partir à la quête de ses origines. Dans un registre de l'internat dans lequel il est scolarisé, il a découvert qu'il est né en Haïti.

Il s'embarque donc sur un bateau marchand "Le Prince Sauvage", qui va lever l'ancre pour Haïti, justement. Il est flanqué de Gabriel, un camarade d'école qui était chargé de veiller sur lui et dont il avait trompé la vigilance au moment  de sa fugue. Gabriel se destinait à Dieu et c'est à son corps défendant qu'il s'embarque sur ce bateau.

Le voyage est terrifiant pour les deux jeunes garçons : Le Prince Sauvage est, en réalité, un bateau négrier. Les enfants vont découvrir toute l'horreur de la traite des Noirs, de leur asservissement, de leur oppression.

Au début du roman, Julien est obnubilé par sa quête identitaire, mais petit à petit, grâce à Gabriel, il se tourne vers les autres, ces hommes considérés comme de la marchandise. On le voit évoluer psychologiquement. Lorsqu’il se mutine contre le capitaine pour défendre les esclaves, il devient le héros du côté des bons.

Arrivés enfin en Haïti, les deux enfants vont poursuivre leur chemin personnel : Julien découvrira ses origines, apprendra ce qu'est le cacao, et sera définitivement sauvé dans sa reconstruction personnelle lorsqu’il emmènera la petite Flore, reproduisant ainsi consciemment en l’acceptant le geste de son père adoptif 13 ans auparavant. Gabriel, lui, décidera de rester là où il se sent utile, et le lecteur comprendra qu’il a trouvé sa vocation.

Les "deux graines de cacao" symbolisent les deux enfants qui, comme le cacao, arrivent d’Haïti : Julien, le héros, et Flore, la petite fille qu’il ramène au terme de sa quête. On assiste au cours du roman à la difficile éclosion de Julien.


J'ai été très touchée par ce texte, qui, bien que n'étant pas un documentaire apporte moult informations sur cette période de notre mémoire collective dont nous n'avons pas à être glorieux. Il fait, brièvement certes, référence au CODE NOIR que Louis Sala-Molins (Le Code Noir, ou le calvaire de Canaan) analyse dans un ouvrage dont je vous parlerai bientôt.

Il m'a aussi donné envie de rechercher dans la mythologie : les Noirs, dit la Bible, sont les descendants de Cham, l'un des fils de Noé. Cham, père de Canaan, vit un jour la nudité de son père alors que ce dernier s'était enivré,  et il le rapporta dehors à ses deux frères. "Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leur épaules, marchèrent à reculons et couvrirent la nudité de leur père, Comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père. Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet.» Et il dit : "Maudit soit Canaan ! Qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères ! Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem et que Canaan soit leur esclave !"

Voilà le texte qui a servi de justificatif pour encourager la traite négrière.



 

 

Retour à l'accueil

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par tinusia à 21:00 - Qu'en pensez-vous ? [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    J'aaime bien cette auteure, et ton billet me donne envie de découvrir ce titre. Merci ! [Clin d oeil]

    Posté par soukee, 21 juin 2010 à 11:45
  • deux graine de cacao

    j aime beaucoup ce livre deux graines de cacao sa parle d un garcon adopter qui s appelle julien . il part a la recherhe de ses vrai parent .

    c etait super bien!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    [Salut][demolite][Clin d oeil]

    Posté par nana cherie coeu, 31 mai 2011 à 21:16
  • [sapin][Rire moqueur][moqueur][casse tete][vieux][vieux][vieux][Bravo][Bravo][vieux][vieux][vieux][vieux][vieux][casse tete][casse tete][yes][yes][yes][yes][yes][attention][attention][attention][attention][heu][heu][heu][heu][heu][heu][holalala][Oups][Oups][Oups]

    Posté par lovj, 15 janvier 2014 à 10:07

Poster un commentaire